Mon accompagnement de la vie

La construction du Khaïma

Début des années 2000, je m'installe sur une de sable au sud d’Agadir, après presqu’une année à vivre comme un hermite dans une falaise. J’y réalise des travaux d’envergure, avec peu de moyens, souvent seul, à la pelle et à la pioche. Je pêche la nuit pour subvenir à mes besoins, le jour je creuse des tranchées  pour viabiliser le terrain. Je dors sous une tente régulièrement balayée par les tempêtes. Je décharge des tonnes de matériel, plante des milliers d’essences.

 

Le Khaïma, une forêt nourricière!

Après des années de travail acharné, le Khaïma est sorti de terre. A aucun moment, durant cette période, je n’ai perdu la conviction profonde que ce lieu allait  devenir une forêt nourricière. Le Khaïma est fidèle à mes convictions : les habitats sont légers et transportables, l’activité résidentielle ne produit aucun rejet polluant, le mode de vie y est frugal, le lieu est quasiment autonome.

 

L’Homme y vit en harmonie  avec la Terre.

A lire aussi :

> Mon hygiénisme

> Ma pratique sportive

l'eau la vie